Préparation à un sport complexe: le ski alpinisme

Lors de la soirée du 20 septembre, Serge Allemand, membre Teysalpi et entraîneur Swiss Ski, a lancé la saison 2018 – 2019 avec sa conférence « Préparation à un sport complexe: le ski alpinisme ».

La trentaine de membres présents ont pu profiter de son expérience professionnelle pour mieux comprendre les différents aspects de notre sport.

Après un bref rappel théorique des différentes sources d’énergie et des zones cardiaques, l’exposé s’est concentré sur les possibilités d’améliorations lors des entraînements.

L’entraînement polarisé selon une répartition des séances 75% (Z1)[1]– 5% (Z2) – 20% (Z3) a ouvert le débat et laisse songeur sur l’idée de nos entraînements. « Pour que les entraînements rapides soient vraiment rapides, les entraînements lents sont vraiment lents ! »

Serge a donné des exemples concrets pour des entraînements intensifs et des conseils sur la qualité des séances. Il a expliqué les différentes forces – maximale et force – vitesse, ce qui permet de mieux comprendre l’importance du renforcement musculaire et du développement de la stabilité du tronc et des articulations. En particulier, l’exercice du pendule est un excellent moyen de prévention pour les ligaments croisés.

Pour chaque thème spécifique, Serge nous a partagé ses conseils de vieux bouquetin aguerri !

Le milieu spécifique du ski alpinisme ne doit pas non plus être sous-estimé, surtout en ce qui concerne les besoins d’hydratation et les effets de l’altitude. Quant au froid, le shop Teysalpi vous apporte d’excellentes solutions à des prix imbattables !

Un grand merci à Serge pour sa disponibilité et la qualité de sa présentation.

« A l’entraînement on ne fait que se fatiguer. C’est au repos que l’on progresse »

[1]Attention à ne pas comparer directement les 5 zones habituelle des cardio-fréquencemètre avec le modèle présenté ici. Le modèle à 3 zones peut être simplifié de manière suivante Z1 endurance basse, Z2 juste en dessous du seuil et Z3 en dessus du seuil.

Serein face à la complexité de la tâche

Article publié dans le journal La Liberté du 18 août 2018

Le Fribourgeois Daniel Jolliet a pris les commandes de la Patrouille des glaciers le 1er juillet dernier
PATRICK BIOLLEY

Ski-alpinisme » C’est un Fribourgeois qui commandera la Patrouille des glaciers ces prochaines années. Daniel Jolliet, colonel EMG de l’armée suisse, a pris ses fonctions le 1er juillet et a, ainsi, déjà commencé à planifier la 22e édition de la célèbre course de ski-alpinisme qui se déroulera en 2020. Il a donné rendez-vous dans sa région, au-dessus de Romont, pour l’interview. «Il y a une belle vue sur la ville où j’ai grandi, avec les Préalpes derrière. S’il fait beau, nous pourrons voir les Dents-du-Midi et le Mont-Blanc», avait-il annoncé lors du premier entretien téléphonique. Si le temps n’était pas assez clair pour se délecter du paysage en profondeur, cela n’a pas empêché Daniel Jolliet de discuter toute la matinée de sa passion de la montagne et des lourdes responsabilités qui incombent au commandant de la Patrouille des glaciers.

Le Glânois de 57 ans est passé presque partout au sein de l’armée suisse. Celui qui avait commencé par faire ses armes à Savatan dans les troupes de montagne a par la suite été maître tactique dans les écoles d’officiers, commandant en second de la police militaire. Il a aussi conduit le service de gestion de l’engagement des carrières, son dernier poste en date. Le voilà donc maintenant à la tête de la course de ski-alpinisme la plus mythique du pays.

Comment devient-on commandant de la Patrouille des glaciers?
Daniel Jolliet: Ce n’est pas un poste mis au concours. C’est un profil qui se dégage et qui est approché. On m’avait déjà demandé de reprendre la Patrouille des glaciers il y a six ans (quand Max Contesse avait été nommé, ndlr), mais ma fonction professionnelle ne me permettait pas de le faire.

Quel est alors votre profil?
En ce qui me concerne, c’est une connaissance approfondie de l’armée tout d’abord. Cela fait 32 ans que je suis officier de carrière et je suis passé par beaucoup de fonctions de commandement. J’ai ensuite une bonne connaissance technique, du fait de mon passé dans les troupes de montagne et au centre de compétences du service alpin de l’armée à Andermatt. Finalement, je suis un passionné de montagne, tout simplement. Je participe à des courses, j’ai fait plusieurs fois la Patrouille des glaciers. Je reste un modeste amateur, mais j’adore ça.

Après 21 éditions, la Patrouille semble immuable. Que pouvez-vous apporter de neuf?
La seule chose immuable est le tracé. Nous partons de Zermatt pour aller à Verbier. Tout le reste est un éternel recommencement. Les troupes d’appui sont différentes et l’armée dans sa globalité évolue. Mais je n’ai pas comme mission d’amener de la nouveauté à la Patrouille des glaciers. J’ai quelques idées, mais il va falloir en étudier la faisabilité.

Quel genre d’idées?
Je vais déjà essayer d’amener plus de flexibilité pour les concurrents. Pour le reste, il faudra attendre avant que je puisse en dire plus (rires).

Vous avez couru sept fois cette Patrouille des glaciers. Arriver à la tête de l’épreuve, est-ce que cela procure une sensation particulière?
J’ai du respect par rapport à la tâche, mais aussi beaucoup de sérénité. Il faudra prendre les problèmes les uns après les autres, c’est une organisation relativement complexe. J’en suis très honoré. C’est un magnifique défi.

Au niveau de la participation, Fribourg est le quatrième canton le plus représenté après le Valais, Berne et Vaud. Etait-ce logique de trouver un Fribourgeois pour conduire cette épreuve?
Cela aurait pu être quelqu’un avec un profil équivalent provenant d’un autre canton que cela n’aurait choqué personne. Mais il faut souligner que le canton de Fribourg compte des pionniers dans ce sport. Nous pouvons aussi parler de l’innovation. Les stations font énormément en ce qui concerne la pratique du ski-alpinisme de nuit. Les parcours de ski de randonnée balisés se développent. Même si l’essence même de ce sport est de le pratiquer hors des domaines de ski.

Comment définiriez-vous votre rapport à la montagne?
C’est un magnifique terrain de jeu dans lequel j’ai la chance de pouvoir évoluer depuis que je suis très jeune. Je viens de cette région (il se tourne pour montrer Romont derrière lui, ndlr). Ce n’est pas directement la montagne, mais nous ne sommes pas loin des Préalpes. Je ne suis pas un alpiniste pur et dur, mais je pense maîtriser le ski et le ski-alpinisme. J’ai une dizaine de sommets de 4000 mètres à mon actif, mais je n’y vais pas tous les week-ends.

Vous êtes membre d’un des seuls clubs uniquement dédiés au ski-alpinisme: Teysalpi.
Je ne sais même pas si en Valais il y a une entité de ce genre (rires). Elle a été fondée en 2010 et je devais être un des premiers membres. Pas au sein du comité, mais dans l’équipe. Teysalpi fait beaucoup en matière de développement de l’esprit du ski-alpinisme, de l’appui à la relève, du respect et de la préservation de la nature dans sa pratique.

Si vous deviez me citer un souvenir de montagne, quel serait-il?
Lorsque j’étais instructeur à Savatan, dans les troupes de montagne, nous avions fait d’immenses exercices. Nous avions organisé une traversée jusqu’à Arolla avec tout le bataillon de l’école de recrues. Nous étions plus ou moins passés par le parcours de la Patrouille des glaciers. Il faut tout de même s’imaginer envoyer 600 personnes là-dedans. Ce sont des exercices compliqués à mettre en place. Les soldats du train venaient nous ravitailler, nous bivouaquions. C’était une sacrée épopée.


Daniel Jolliet: «Le risque zéro n’existe pas»

Parmi les défis auxquels fera face Daniel Jolliet, il y a la météo, qui n’a pas fait de cadeaux aux concurrents ces dernières années. Comme pour tout ce qu’il entreprend, le nouveau commandant de la Patrouille des glaciers reste serein. «La météo est un élément primordial à prendre en compte, mais je n’ai pas peur, assure le Fribourgeois. De toute manière, nous ne pouvons pas déplacer la date de la course. Nous sommes dépendants des stations et le calendrier de la saison de ski-alpinisme est très complexe.»

Plus que l’annulation, inéluctable selon les conditions, c’est en termes de sécurité que Daniel Jolliet réfléchit. «Ce n’est pas la même chose de lancer 1000 personnes dans la montagne que de partir avec une cordée de trois alpinistes chevronnés, continue-t-il. Nous ne pouvons prendre aucun risque en matière de sécurité. Ce ne sont pas que les athlètes qui sont en danger en cas de conditions nivologiques et météorologiques défavorables. L’armée a 400 hommes sur le parcours et il y a aussi le public, je ne peux pas mettre la vie de tout ce monde en danger.»

Ces dernières années, la Patrouille des glaciers n’a eu aucun accident grave à déplorer. Si l’on excepte l’annulation de l’édition 2016, les dernières courses sont régulièrement parties dans des conditions optimales. «Le risque zéro n’existe pas. Notre objectif est néanmoins de tendre le plus possible vers ce zéro, explique Daniel Jolliet. Il y a des accidents à chaque course, c’est normal. Une chute à skis arrive vite, comme un coup de moins bien. Cependant, une édition dans le froid, le vent et le brouillard, c’est une tout autre aventure. Les gens doivent aussi être préparés. Cela est de leur responsabilité. La Patrouille des glaciers est une course populaire, pas un raid aventure. Mais les participants doivent aussi être capables de supporter le stress, l’altitude, le froid, connaître les bases de la sécurité et savoir gérer les impondérables.» PB


Bio express

1961
Daniel Jolliet est né et a grandi dans la région de Romont. Marié, il a trois filles et habite aujourd’hui à Lussy.

1983
Il devient officier.

1986
Il passe officier de carrière.

2002
Daniel Jolliet participe à la première de ses sept Patrouilles des glaciers.

2018
Il prend le commandement de la Patrouille des glaciers.

Soirée Patrouille des Glaciers

Nous sommes le 14 novembre 2017. Les premières neiges sont tombées. Il fait grand beau temps. Le week-end prochain, Teysalpi monte à Saas-Fee pour son week-end de remise des skis annuel : l’hiver arrive ! Mais ce soir, c’est le Colonel Max Contesse, commandant de la Patrouille des Glaciers, qui nous fait l’honneur et le plaisir de venir nous parler de la PdG au Modern Times Hotel à St-Légier. J’arrive vers 18h30. Olivier est en train de mettre tout le dispositif en place pour diffuser en live sur Facebook. Je vois ensuite arriver Patrick, tout souriant en compagnie du Colonel Contesse. Ce dernier me donne une franche poignée de main !

Patrick me demande de m’occuper de distribuer les –magnifiques-casques Teysalpi répondant aux nouvelles normes demandées par l’ISMF. Je vois les gens arriver, tout le monde est intéressé par ces casques -il y en a encore en stock au shop-. C’est l’occasion pour moi de me remémorer les prénoms et d’en apprendre de nouveaux. Je revois aussi les copains, que je n’ai pas vus tout l’été durant.

Les gens s’asseyent et le Colonel Contesse commence sa présentation. Déjà il y a deux ans, il était venu nous parler et j’ai toujoursplaisir à entendre sa voix. Ce que j’ai retenu de cette présentation, c’est que la Patrouille des Glaciers est une sacrée course -et course sacrée- qui demande une sacrée organisation. Je retiens les moyens engagés, les personnes qui travaillent des jours durant, les hélicoptères qui volent et les marchandises qui voyagent. Je retiens aussi qu’à la fin de la course, cinquante militaires font le parcours pour récupérer les déchets jetés au bord de la trace, et qu’en juillet, cinquante militaires refont le parcours. L’année passée, onze sacs 110 L ont été remplis. Le Colonel Contesse a rappelé qu’il y avait des poubelles à chaque poste de contrôle. Mais je retiens surtout, j’avais oublié cela, que la Patrouille des Glaciers a une histoire qui remonte à la seconde guerre mondiale. Les militaires engagés devaient  parcourir d’une seule traite un trajet qui dure normalement 4 jours de marche. La recherche actuelle du chrono et le sentiment qu’il y a trop de monde qui s’inscrit m’avait fait oublier qu’avant, c’était un exercice militaire, que des gens en sont morts et c’est cela qui fait tout le prestige de cette course. Je souhaite que les personnes qui prennent part à la course s’en souviennent.

Le   Colonel Contesse (CC mais pas.. le Valaisan là 😉 ) a répondu à nos questions de manière claire, avec le sourire et la bonne humeur. Il nous a expliqué qu’il souhaite que la course reste populaire. Il nous a dit qu’il n’y avait plus de magouille et que le tirage au sort est le meilleur moyen qu’ils aient trouvé afin de laisser la chance à tout un chacun de pouvoir participer à la course. C’est beau ça, il reste de l’espoir ! 😛

Bonne chance à tous et que vive la PDG !

Floriane Eigenheer

Tartine Race 2017

Cette année, j’ai vu qu’était organisé le Grand Prix Pellissier. Quatre courses sur quatre week-ends dans la région de Martigny. C’est tiptop. C’est là où j’habite maintenant et pour ceux qui ne connaissent pas encore, le magasin Jean Pellissier est une mine d’or pour tout sportif. Le magasin est grand et soigné. La déco est jolie avec beaucoup de bois. Le choix d’habit et de ski est énorme et coloré ; il y a les marques en vogue maintenant : Montura, Karpos, Scott, la Sportiva. Et, pour finir, le personnel est super sympa. Bref, je me suis dit que ce grand prix est une bonne idée. La semaine passée a eu lieu la nocturne de Champex. Nous étions allés reconnaître le parcours un peu avant et je me suis dit que ça allait être méga long, c’est assez plat. La nocturne s’est bien passée pour moi et j’ai fait une deuxième place ! Ca n’arrive plus très souvent, maintenant que je ne suis plus en Junior ;). Cette année, j’ai pris un entraineur (Nicolas Combe) et je pense que ses programmes m’ont quand même bien aidée ! Au moins, je m’entraîne bien plus régulièrement. J’ai fini sept minutes derrière la première, mais je me console en me disant qu’elle est dans l’équipe suisse : on ne joue pas dans la même catégorie 😛
(suite…)

Saas-Fee 2016

saas_2016_03Week-end à Saas Fee, sortie du club 25-27 novembre 2016

Il est 2h46, le premier soir ou le premier matin du week-end à Saas-Fee. J’ai les oreilles éclatées. Je viens de rentrer à l’hôtel. Mais j’espère que ça ira mieux après avoir dormi un peu. On m’a renversé un verre de bière dessus. Ce n’était pas intentionnel. Je suppose qu’on était trop occupés à sauter partout. J’entends ronfler dans la chambre d’à côté. Il faut que j’aille me doucher. C’était une jolie première soirée. J’avais prévu d’aller au lit tôt, pour être en forme pour le samedi au Poison (bar local situé à quelques pas de l’hotel Tenne, notre QG). Et finalement, on y est quand même allés! Et bien allés! (suite…)

Conférence PDG 2016

2015.09.03 Conf PDG Max ComtesseQuarante Teysalpiens et Teysalpiennes se sont à nouveau réunis le 03.09.15 au fameux Restaurant du Lac des Joncs pour une conférence sur la PDG 2016 avec comme conférencier le commandant de la Patrouille des Glaciers, Colonel Max Contesse. La conférence était suivie d’un repas, pour ceux qui le souhaitaient.
Pendant une heure environ, le Colonel a retracé l’histoire de cette course mythique, de 1943 à 2016. Il nous a montré les moyens engagés par l’armée, essayant de tout anticiper, pour que cette course se passe dans les meilleures conditions possibles : le budget à disposition, la quantité de matériel à amener aux différents points de contrôle, les repas à planifier, la météo à interpréter, le parcours à baliser,  les relations à  entretenir avec Car Postal pour le transport des personnes, Swisscom pour les communications, être plus rapide que Facebook pour relayer les informations et démêler le vrai du faux.. etc. (suite…)

Grand Raid 2015

Tout part d’un livre. Grâce à mon travail, j’ai eu l’occasion de participer à la réalisation de l’album édité pour les 25 ans de la course. Par amitié pour les organisateurs et pour découvrir une nouvelle discipline, je me suis inscrite au Grand Raid, au départ d’Hérémence. Bien m’en a pris puisque j’ai vécu une magnifique compétition ! Une météo idéale, un tracé juste assez technique pour moi mais pas trop quand même (comme le regrettent certains…), une organisation au top pour ma première grande course de VTT. Malgré une nuit blanche, j’ai bien géré mon effort, prenant plaisir à chaque changement de terrain. Comme le disait Cédric, les descentes en VTT sont plus reposantes qu’en ski-alpinisme, même s’il faut rester très concentré. Pour les plus crispés dont je fais partie, ce sont les bras et les doigts qui ramassent, et un peu le cerveau aussi, qui est bien secoué ! Mais les jambes sont presque au repos. (suite…)

Saas-Fee 2014

Saas_2014_046Pour la 3ème année maintenant, une bonne partie du team s’étaient donnés rendez-vous à Saas-Fee pour le traditionnel WE d’ouverture de saison du club.

Pour la 3ème année toujours, le beau temps était au rendez-vous, et malgré le manque de neige cette année, les conditions étaient excellentes.

Une quarantaine de participant en ont donc profité pour, dans le désordre :

 

(suite…)

Trail Teysachaux-Moléson

Article 2014.08.25 Trial TeysachauxEn remplacement du Tri Teysalpi, le trail Teysachaux-Moléson.

C’est au parking de la Pudze que je retrouve Cécile et Jacques.La météo est fraîche mais il ne pleut pas, c’est déjà ça. (suite…)